Zenza Bronica
Présentation Bricophoto   Galerie La collection Liens A vendre

De Zeiss à Yashica par la route de l'est: 60 ans d'appareils photos

 Zenza Bronica S2a

L'élève dépasse le maitre

Japon,  1965

HISTORIQUE

Après-guerre: l'industrie allemande en général, et photographique en particulier, est exangue.

Les alliés ont confisqué à leur profit tout ce qui leur semblait susceptible d'être commercialisé, et des pans entiers de l'industrie photographique allemande passent de l'autre côté du rideau de fer. Les Russes produiront pendant des dizaines d'années des Kiev (copies conformes des Zeiss Contax), des Moskva (copies des Zeiss Super Ikonta), des Zorki et autres FED, largement inspirés des Leica, ...

Plus à l'est, le Japon panse ses plaies et rumine son humiliation. Ses usines reprennent leur production, et les produits qui en sortent sont largement inspirés de ce qui se fait en Europe. En matière d'appareils photos, il s'agit essentiellement de réflex bi-objectifs inspirés du Rolleiflex, et de télémétriques à monture Leica 39 mm.

Les principales marques qui connaitront leurs heures de gloire à la fin du 20e siècle sont déja actives: Canon, Nikon, Minolta, Yashica, Ricoh, Asahi, etc ...

Mais contrairement aux russes, dont la seule "ambition" est de produire sans modification radicale des appareils destinés essentiellement à leur marché intérieur sur lequel ils sont en situation de monopole, les Japonais ont le souci de la perfection... et l'obligation de séduire des acheteurs à l'étranger.

Une quinzaine d'années plus tard, à la fin des années '50, les Nikon F, Minolta SR, Asahi Pentax et autres Canonflex débarquent aux quatre coins de la planète, produisant un tsunami qui engloutit la plupart des marques européennes.

Restent cependant quelques niches inexplorées par les fabricants japonais "généralistes".  
Des amateurs fortunés s'en chargent: Plaubel renait de ses cendres des oeuvres de Mr Doi Kimio, qui produit le fabuleux Plaubel Makina 67, tandis qu' un certain Zenzaburo Yoshino se met en tête de concurrencer le légendaire Hasselblad.

 

Zenza Bronica D (Deluxe), 1958 - Crédit photo Shinasku HIURA - nikomat.org

Dans les années '50, Mr Zenzaburo Yoshino, fabricant de briquets (!), consacre une partie de sa fortune et plusieurs années de sa vie à concevoir de toutes pièces et fabriquer un réflex moyen format mono-objectif dénommé Zenza Bronica D.

Il y a plusieurs hypothèses quant à l'origine de l'appellation. Elle proviendrait de Zenzaburo Brownie camera, "Brownie" désignant au Japon le format de film 120 utilisé par plusieurs appareils Kodak Brownie. Tony Hilton, dans son ouvrage "Bronica, the early history and definitive collector's guide" explique que l'appareil était, en 1957, appelée "Zenzaburo no nica" c'est à dire, en japonais, "l'appareil de zenzaburo", locution contractée par la suite en "Zenza Bronica".  Ou alors, hypothèse personnelle: Zenzaburo nippon camera...

L'appareil est  bien né, et présente les principales caractéristiques du S2a qui fait l'objet de cette page, mais souffre de quelques faiblesses. Celles-ci seront progresivement corrigées, et presque totalement éliminées sur le S2a.

 

PLAISIR DES YEUX

  

Une fois n'est pas coutume, le Bronica S incite à parler d'esthétique avant de parler technique.

Si le premier modèle Bronica D ne renie pas son inspiration suédoise d'une sobriété très B.C.B.G., le S2 provoque (chez moi...) une véritable émotion qui me rappelle celle que j'ai ressenti voici une quarantraine d'années en voyant pour la première fois une Ford Thunderbird du modèle et de la couleur illustrés ci-dessous.
Pour l'annecdote, celle-ci appartenait au Ministre d'Etat Camille Gutt, et arborait une plaque d'immatriculation composée d'un A suivi de chiffres, attribuée en Belgique aux membres du pouvoir exécutif.

 


Ford Thunderbird 1965 - Crédit photo netcarshow.com

 Le mariage parfaitement dosé des surfaces chromées et noires, plates, bombées et en creux, la qualité des matériaux et la précision des assemblages font du Bronica S2 une véritable oeuvre d'art.

  

Bronica était initialement fabircant de briquets,
qui servirent ensuite de supports publicitaires...


 

TOUR DU PROPRIETAIRE 


Côté gauche: molette des vitesses et contact de synchro de flash
(40e de sec. avec un flash électronique: la rançon de l'obturateur à rideaux...)


Rare version sur laquelle le chrome brillant est remplacé par un chromage noir.
Finition privilégiée par les professionnels.


Côté droit: molette d'avancement avec manivelle, comutateur 120/220 et compte-vues  


Face avant: déclencheur avec trou fileté pour déclencheur souple, test de profondeur de champ
et verrou de la rampe hélicoïdale de mise au point de l'objectif, ici un Nikkor 75 mm f 1:2,8


En haut à gauche: trou fileté pour déclencheur souple, ou pour utilisation de la poignée dédiée


Le verre de visée d'origine est ici remplacé par un dépoli fourni par Rick Oleson et comportant un stigmomètre.

LE DOS AMOVIBLE 

  

La liaison du dos au boîtier est exrêmement bien conçue et réalisée, excluant pratiquement tout risque de fausse manoeuvre.

  • Impossible de retirer le dos sans le volet en place;
  • impossible de retirer le volet si le dos n'est pas fixé sur le boîtier;
  • Impossible de déclencher si le volet en place
  • A chaque connection dos/boitier, l'appareil effectue un cycle de synchronisation armement/avancement.
    Ceux qui ont expérimenté les "joies" des voyants rouges et blancs des boitiers Blad et autres Kiev/Arax verront bien l'avantage de ce système...

Les rideaux de l'obturateur se déplacent verticalement, ce qui permet d'éviter des renvois d'angle dans la pignonerie d'armement, faiblesse de conception des Blad et consorts dont les rideaux se déplacent horizontalement

 

Attention: il existe deux versions de volets, qui ne sont pas interchangeables: voir fichier PDF

 

Le chargement ne pose pas de difficulté particulière aux habitués de format 120.
En haut à droite, l'étui pour le volet.
Ici aussi, la qualité est au rendez-vous: étanchéité parfaite, espacement des vues irréprochable.

 LA BAIONETTE

Autre atout de ce Bronica: la rampe hélicoïdale de mise au point reste fixée sur le boîtier.
Principaux avantages: les objectifs interchangeables sont moins complexes et donc moins chers, et l'ensemble boîtier + panoplie d'objectifs est moins lourd et moins encombrant dans le sac fourre-tout.

Inconvénients toutefois: l'échelle des profondeurs de champ correspond à la focale standard, et le tirage s'avère un peu juste aux longues focales, pour lesquelles la distance mini de mise au point est assez importante.

Téléchargez ICI un fichier PDF "maison" avec une échelle des distances en mètres pour le 50 et le 75 mm!

 

LE CYCLE D'OBTURATION  

Le cycle de l'obturateur mérite un chapitre à lui tout seul, et évoque les "complications": défis techniques que se lancent les horlogers suisses.

Au déclenchement:

  • le miroir s'escamote au fond de la chambre de prise de vue (au lieu de se relever comme sur la plupart des "reflex"); ceci permet d'utiliser des objectifs dont le bloc optique arrière rentre dans la chambre;
  • un volet métallique noir recouvre le miroir pour empêcher les réflexions parasites dans la chambre;
  • un rideau se déploie et occulte le dépoli;
  • un levier actionne le diaphragme de l'objectif qui se referme à la valeur sélectionnée;
  • l'obturateur s'ouvre, et se referme;
  • le miroir, son volet anti-reflets, le rideau du dépoli et le diaphragme reprennent leur place


Le rideau auxiliaire se déploie pour occulter le viseur... (ici, le dépoli est démonté)


et le miroir se glisse au fond de la chambre, recouvert par un volet anti-reflets.


Le rail dans lequel coulisse la partie avant du miroir

Revers de la médaille de cet extraordinaire mécanisme: l'appareil n'est pas un exemple de discrétion.

D'autre part, l'appareil ne propose pas le "mirror lock-up". Mais il s'en passe: la vibration ressentie au déclenchement intervient APRES l'exposition, et provient essentiellement du retour du miroir et du rideau auxiliaire. Il suffit pour s'en convaincre de déclencher à une vitesse suffisamment lente pour que les différentes phases du cycle soient décomposées.  

La preuve par l'image:

 

ERGONOMIE

L'ergonomie n'est pas le point fort des SLR (Single Lens Reflex). A cet égard, le Bronica s'en tire également mieux que ses concurrents:
les méplats chromés qui longent les arrêtes supérieures accueillent les pouces, les flancs bombés épousent les paumes et les commandes sont particulièrement fluides... à l'exception de la molette d'armement/avancement, qui oppose une résistance importante malgré sa forte démultiplication (plus de 2 tours complets), et présente en fin de course un point dur pas très agréable.


OBJECTIFS ET ACCESSOIRES

Monsieur Zenzaburo Yoshino visait l'excellence, et s'adresse à Nikon qui produit pour Bronica une gamme d'objectifs dédiés.


Nikkor D, 40 mm  f:4, 10 éléments en 8 groupes

 


Nikkor H, 50 mm  f:3.5, 6 éléments en 6 groupes, map mini 33 cm


Nikkor O-C, 50 mm  f:2,8, 8 éléments en 7 groupes


Rareté absolue (!): un Zeiss Iena Flektogon 50 mm en monture Bronica.
A l'avant de la bague du diaphragme, une bague fixe avec les indications de profondeur de champ
ici inutiles, provenant d'une monture prévue pour Pentacon Six: ça sent le prototype, mais la finition,
le fonctionnement et les qualités optiques sont conformes aux productions de série d'Iena.

Téléchargez ICI un fichier PDF "maison" avec une échelle des distances en mètres pour le 40, le 50, le 75  et le 150mm!


Nikkor P, 75 mm  f:2.8, 5 éléments en 4 groupes, map mini 60 cm

 


Zenzanon MC 80 mm  f:2.4

 

 
Zenzanon 80 mm  f:2.8 "made in DDR" une rareté, la formule du Biometar en monture S2.
Nettement supérieur au Nikkor 75, surtout en couleurs 

 


Nikkor - Q 105 mm  f:3,5 à obturateur central: une autre rareté (!), l'objectif se monte avec sa rampe hélicoïdale dédiée,
le boîtier est utilisé en pause B.  Synchro flash à toutes les vitesses (obturateur central): un objectif idéal pour les portraits. 

 


Nikkor-Q 135 mm  f:3.5, 4 éléments en 3 groupes, map mini 160 cm 

 


Nikkor P, 200 mm  f:4, 5 éléments en 5 groupes, map mini 280 cm: la rampe hélicoïdale commune trahit ici ses limites!

 


 Plus tard, Zenza Bronica produisit ses propres objectifs sous le nom de Zenzanon. Ici un 150 mm  f:3,5.
Ces optiques auraient été produites par Konica, réputé pour son savoir-faire dans ce domaine.

Komura proposa également une très belle gamme d'objectifs dédiés à cette monture.

 Lien vers la page qui recense toutes les optiques dédiées


Ensemble de tubes-allonges, ici avec le 75 mm.


Le levier adaptable à la bague de mise au point


Viseur prisme, acceptant les accessoires d'oeilleton Nikon. Comptez 450 grammes...

 
Viseur avec cellule TTL: noter le couplage avec la bague des vitesses


La lecture se fait soit dans le viseur, soit dans la fenêtre visible devant l'oeilleton


La poignée dédiée au S2. Elle déclenche par l'intermédiaire du filetage pour déclencheur situé sur la semelle.
Rançon de cette superbe qualité de fabrication: 530 grammes à porter en plus...


La superbe poignée du EC / EC-TL, très ergonomique et pratique avec sa griffe porte-accessoires

 
Poignée-revolver, surtout destinée à être utilisée en combinaison avec le viseur-prisme


La courroie d'origine est difficile à trouver: une courroie OP/TECH fait parfaitement l'affaire.
La référence des connecteurs qui se rapporoche le plus est "Design A" (idem que Hasselblad, Kiev 88, Pentacon Six, etc..)
Avec un peu de chance il se monte "serré", sinon il faut légèrement limer l'embout jusqu'à ce qu'il s'insère.   


La gaine en cuir épouse les formes généreuses de la belle, et ceci de si près que seul l'objectif standard parvient à s'y glisser.


Etui Bronica destiné à recevoir le dos.


Etui conçu pour transporter un insert... éventuellement chargé: une alternative intéressante
par rapport au changement du dos.

 
Pour ceux qui ne sont pas contraints de voyager léger, le must: la valisette Bronica S2 originale.

CONCLUSION

Le Bronica S2a présente des caractéristiques qui le rendent particulièrement attractif par rapport aux SLR contemporains:

  • une qualité de construction et un design exceptionnels;
  • une gamme d'objectifs Nikon, Komura et Zenzanon de très haut niveau, à des prix relativement abordables;
  • des dos interchangeables ultra-fiables acceptant les formats 120 et 220;
  • un miroir à retour instantané
  • une fiabilité éprouvée

quelques petits défauts toutefois...

  • peu discret au déclenchement...
  • et relativement rugueux à l'armement
  • pas de relevage manuel du miroir

 

S2 ou S2"A" : is that the question ???

Comment les distinguer???


Le n°° de série permet de les distinguer: dans un premier temps, la mention S2A a été ajoutée après le N° de série;
à partir du N° 150037 cette mention ne figure plus, mais il s'agit également bien bien d'un S2A.


S2 à gauche, S2A à droite

La molette d'avancement est également différente: plus cônique sur le S2, et avec un levier en alu.

Et après ???
Le mécanisme d'avancement a été quelque peu renforcé sur le S2A (voir plus bas...)

Est-ce à dire que les S ou S2 sont à éviter?
J'ai eu l'occasion d'avoir entre les mains quelques S, S2 et S2A: pour chaque modèle,
j'ai rencontré des exemplaires qui avaient été malmenés et / ou stockés dans de mauvaises conditions,
et nécessitant un "CLA" (Cleaning,Lubricating and Adjusting) avant toute utilisation
(sous réserve de disposer des pièces éventuellement nécessaires...)
et d'autres qui étaient tels quels de nature à faire la bonheur d'un photographe désireux de les utiliser avec respect.

En conclusion:
L'état de l'appareil importe bien plus que le modèle: aucun ne présente de vice rédhibitoire!

Prédécesseurs et successeurs


Bronica S
(1961): prédécesseur du S2. principales différences: rampe de mise au point fixe commandée
par la molette sur la périphérie de la manivelle d'avancement/armement, relevage manuel du mirroir (abandonné par la suite...).
Objectifs, dos et viseurs interchangeables avec le S2. Une alternative à considérer, qui permet accessoirement
de s'alléger de plus de 100 grammes.  Pas d'échelle de profondeur de champ. Souvent (toujours?) en finition gris foncé.


Bronica C
(1965): version dépouillée du S2, avec dos fixe. Molette des vitesses sans indication du 1000e...
mais présence d'un cran entre le 500e et la position synchro-flash correspondant bien à cette vitesse!
Une alternative à considérer (à condition d'en trouver...): ces appareils ont souvent été achetés par des amateurs éclairés,
et ont ainsi échappé aux tortures répétées infligées par les utilisateurs professionnels.
Ajouté à celà que le Bronica C vous affranchit des aléas liés à la gestion du volet du dos
et vous comprendrez que j'en ai fait mon Bronica "de tous les jours"!


Bronica EC et EC-TL
(1975): Bronica présente en 1972 un boîtier entièrement nouveau, avec obturateur électronique: le EC.
Trois ans plus tard sort le EC-TL, premier appareil moyen format au monde avec exposition automatique.
Il s'agit d'un auto avec priorité à l'ouverture, mesure de la lumière à travers l'objectif et affichage des vitesses par diodes dans le viseur.
L'appareil fonctionne bien sûr en manuel, B/4 sec-1000e. Seuls les objectifs sont interchangeables avec le S2.

 

Les documents

Le manuel d'utilisation en anglais (format PDF)

La brochure commerciale en français S2 A (format PDF)

 

Boulons & rondelles

 


Bronica "Z", vue du flanc gauche

 


Bronica "Z", vue du flanc droit

 


Bronica "S", vue du flanc gauche

 


Bronica "S", vue du flanc droit (avancement / armement + rampe de mise au point)

 


Bronica "S2", vue du flanc gauche

 


Bronica "S2", vue du flanc droit

 


Bronica "S2A", vue du flanc gauche

 


Bronica "S2A", vue du flanc droit, pignonnerie renforcée

 

Bronica "EC", vue du flanc gauche:
l'électronique conntrôle l'obturateur

Bronica "EC", vue du flanc droit 

Démontage et remontage du dépoli

 

Les liens

Le manuel d'utilisation en français  (remerciements à Saint-Oblas...)

Le manuel d'utilisation en anglais

Le manuel d'utilisation du soufflet en anglais   (remerciements à Saint-Oblas...)

Habillage complet similaire à celui d'origine  (chez Aki Asahi)

 Un fil de discussion sur le forum argentique, comparant le Bronica S2 et le 'Blad

Présentation du S2 (français)

Des photos d'un Bronicaïste (?) convaincu, malgré ce que le nom de son blog laisse supposer...

La page du catalogue Photo-plait

La page du catalogue Photo-hall

 Les témoignages

Saint-Oblas, Bronica S, 31/10/2012
J'ai eu un Zenza Bronica S et j'avais particulièrement apprécié son ergonomie et la qualité des objectifs Nikkor, surtout le 50mm que je trouvais supérieur au 75mm.La mise au point commune m'avais aussi permis de monter un Hermagis Eidoscope 150mm qui donnait un rendu très intéressant en portrait. J'avais complété l'ensemble par un Sonnar Olympia; malheureusement je perdais la présélection ce qui rendait la mise au point difficile. Mais quand j'ai choisi cet appareil en 1962, tout le monde me prenait pour un cinglé! Le seul inconvénient de cet appareil: le manque de discrétion au déclenchement; il est vrai qu'il y a du monde en mouvement là-dedans! Le modèle S avait par contre la possibilité d'abaisser le miroir ce qui évitait les bougés.

[Index] [Présentation] [Bricophoto] [ Galerie] [La collection] [Liens] [A vendre]

Copyright (c) 2012. Tous droits réservés.
pierre@dirapon.be